En Enfancie (2015)

A force de voyager à travers le monde pour en ramener des musiques, il était normal qu’Hervé Lapalud, le « globe-facteur de chansons » comme il aime à se décrire, crée son propre pays, l’Enfancie.

Dans ce royaume, les instruments les plus inhabituels sont présents.En Enfancie Sanza, kora, banjo, orgue de barbarie s’acoquinent aux cuivres et aux guitares. L’ambiance est souvent douce et intime et procure une sensation de bien-être quand Lapalud fixe des instants (Noël à Ouagadougou) ou se fait plus poétique (Petit Moulin à moudre le chagrin).

Connaissant le bonhomme, la facétie n’est jamais loin et il invente des personnages attachants comme Ali-Les-Bons-Tuyaux , le vendeur d’eau de Bobo-Dioulasso, ou ce Drôle de Loulou « qui ne mange pas de petites filles mais des glaces à la vanille. »

Mais surtout, En Enfancie, petits et grands auditeurs sont invités à se servir de leurs guiboles, de leurs gambettes pour « faire le tour d’la planète ». On a connu pire conseil !

Benjamin Valentie (Francofans)

— Écouter  

Pas pour une heure (2012) 

Le nouveau disque d’Hervé Lapalud, « Pas pour une heure » dure … cinquante neuf minutes et cinquante neuf secondes ! Cette touche espiègle est une des facettes de ce chanteur-compositeur-voyageur.

Composé et enregistré en partie à Madagascar, Hervé s’est nourri des sourires et des musiques locales autant que de ses rêveries. On retrouve dans ce « carnet de voyage intérieur » la vie, l’amour, les femmes, ou l’enfance croqués avec une poésie apaisante et même la mort, à travers le « Requiem du Romarin » est évoquée avec une humanité sans pareil.

En usant de la kora autant que de la guitare, Hervé Lapalud a métissé la chanson française et la musique du monde avec son cœur.

Benjamin Valentie (Francofans)

— ÉcouterLire

 

Invendable (2007)

L’esprit inventif d’Hervé Lapalud, auteur habile et compositeur soigneux  semble imprégné de la tendresse d’un Bourvil et de la poésie insolente d’un Prévert.

Rien qu’à l’entendre, on sait qu’il sourit. Et son sourire est frais comme un baiser sur une joue humide de larmes.

C’est sûr que ses chansons ne vont pas changer le monde, mais  elles fleurissent comme des pieds de nez à la morosité.

Michel Trihoreau (Chorus)

— Écouter Lire

 

 

Trois albums réalisés par Serge Folie, coloriés par Violaine Tatéossian, produits par François Villet.